diapo/lagrasse

marmotton66

bouton_005.giflagrassebouton_005.gif

bouton_005.gif

pour une lecture de qualité optimale,éviter le mode plein écran du diapo.

le village de lagrasse est né de son abbaye.

à l'époque carolingienne,l'habitat primitif,installé sur la rive gauche de l'orbieu,jouxtait le monastère.ce site correspond à l'actuel cimetière communal où s'élevait aussi la première église paroissiale (disparue).dans un second temps,cette localité fut transférée à son emplacement actuel,sur la rive droite de l'orbieu.on peut supposer que ce nouveau bourg fut créé au XIIIe siècle,selon un plan régulier qui semble désigner la fondation "a novo" de la localité.étiré le long de la rivière,en face de l'abbaye,cet habitat fut rapidement doté de fortifications sommaires.lorsque la guerre de cent ans éclata,ses défenses avaient été négligées et les fossés réaménagés en jardins.aussi l'enceinte fut remaniée et probablement réduite en superficie,entre 1359 et 1361,sur l'ordre du sénéchal de carcassonne.celui-ci,au tracé vaguement elliptique,était flanquée de tours et d'échauguettes.le fossé qui entourait l'ensemble,à l'exception de la partie ouest naturellement défendue par l'orbieu,a été comblé en 1818.de l'ensemble des fortifications du village subsistent encore quelques vestiges.à l'angle sud-ouest du vieux bourg,s'élève la tour de plaisance ou "grand tourreil" (XIVe - XVe siècle).à l'ouest,la porte de l'eau ou "porte de l'aigue" (XIVe siècle) s'ouvre sous un arc qui a été arasé.les quatre autres issues qui desservaient le village ont disparu.blotti à l'intérieur des remparts,le bourg lui-même,classé parmi les "plus beaux villages de france",constitue un pittoresque ensemble architectural.ses rues étroites ponctuées de places étriquées,conservent bon nombre de façades du moyen âge au XVIIIe siècle.d'autre part,lagrasse renferme encore quelques ouvrages civils,véritables joyaux de l'architecture médiévale comme la halle,installée sur la place du même nom,a été aménagée en 1315 à l'occsion du transfert du marché de lagrasse,qui auparavant était situé extramuros.cette construction comporte dix piliers en pierre,dont un est sculpté d'un écussons armorié,soutenant une charpente en bois.le pont vieux en dos d'âne,qui relie le bourg à l'abbaye,apparaît sur un sceau de 1303.il fut remanié aux XVIIe et XIXe siècle.l'ouvrage,qui se compose de trois arches inégales,était initialement surmonté de deux tours.l'église saint-michel installée au coeur du vieux bourg,est classé monument historique.érigé de 1359 à 1368,l'édifice constitue l'exemple type de l'église gothique à nef unique de la région.le puissant clocher rectangulaire est percé de baies brisée dans sa partie sommitale.depuis la révolution,saint-michel de lagrasse renferme un riche mobilier provenant essentiellement de l'abbaye.

du moyen âge jusqu'au XVIIIe siècle,les ressources agricoles et l'élevage constituaient l'essentiel des revenus de lagrasse.toutefois,le village était également tourné vers l'artisanat et le commerce.la commune,qui se distinguait alors par son activité drapière,accueillait le plus grand marché des basses-corbières.aujourd'hui,lagrasse vit essentiellement du produit de la vigne et de l'accueil touristique.le village a rouvert ses échoppes qui abritent de nombreux créateurs et artisans d'art.

quelques photos

marmotton66

marmotton66

l'orbieu

 

marmotton66

marmotton66 marmotton66

marmotton66

la tour de plaisance ou "grand tourreil" (XIVe-XVe siècle)

 

marmotton66

marmotton66 marmotton66

la porte de l'eau ou "porte de laigue" (XIVe siècle).elle doit son nom à la proximité de l'orbieu.de là partait la route menant aux confins des corbières,jusqu'aux "marches d'espagne",frontière du royaume de france jusqu'en 1258 (traité de corbeil)

 

marmotton66

marmotton66 marmotton66

rues étroites,façades du moyen âge,constituent un pittoresque ensemble architectural

 

marmotton66

marmotton66 marmotton66

la halle installée sur la place du même nom

 

marmotton66

marmotton66

le pont vieux se compose de trois arches inégales

 

marmotton66

marmotton66 marmotton66

marmotton66 marmotton66

l'église saint-michel classée monument historique

 

marmotton66

le puissant clocher de l'église saint-michel

 

l'abbaye sainte-marie d'orbieu:

sur la rive opposée au village,cette ancienne abbaye bénédictine réputée pour son raffinement,constitue l'un des établissements les plus prestigieux de france.elle est classée monument historique et s'élève sur un site protégé.les origines de l'abbaye de lagrasse sont antérieures à la fin du VIIIe siècle.sa charte de "fondation",rédigée en 779,nous permet de présumer qu'à cet emplacement s'élevait déjà un monastère.son premier abbé fondateur,nimphridius,ami de saint benoît d'aniane,est également nommé dans ce document.d'autre part,la légende de philoména,manuscrit du XIIIe siècle,relate la fondation légendaire de l'abbaye par l'empereur charlemagne et la consécration miraculeuse de l'église abbatiale par le christ lui-même.le monastère de lagrasse enrichi par de multiples donations,connaît rapidement la prospérité.les premiers dons importants sont enregistrés dans un acte de l'an 951.l'abbaye connaît un essor prodigieux au cours des IXe et Xe siècles,ses biens s'étendant jusqu'en espagne.au début du XIIe sècle,une centaine d'églises et près de dix monastères,allant du bas du languedoc jusqu'à saragosse,étaient détenus par lagrasse.le rôle politique de l'abbaye se révèle essentiellement au cours de la croisade contre les albigeois.benoît d'alignan,abbé de lagrasse de 1224 à 1230,fit fonction de médiateur entre occupants et occupés.c'est lui qui obtint la soumission de carcassonne au roi (1226).l'abbaye connut son apogée à la fin du XIIIe siècle,sous l'impulsion d'auger de gogenx,abbé de 1279 à 1309.on doit à ce réformateur,qui rédigea un important statut en 1296,la plupart des constructions médiévales de l'abbaye.les périodes troublées du XIVe siècle ralentissent le royonnement de lagrasse.en 1348,une épidémie de peste noire décima en grande partie sa population.ces temps de désordres suscitèrent également la création d'une nouvelle réforme du monastère par l'abbé guy Ier du breuil,en 1363.un nouvel essor de l'activité artistique de lagrasse est amorcé vers la fin  du XVe siècle,sous l'abbatiat de pierre d'abzac de la douze,avant d'entamer une phase de conflit avec la désignation d'abbés commendataires.l'usage de la commende s'établit définitivement avec l'abbé philippe de lévis,en 1502.au XVIIe siècle,l'abbaye connut un renouveau spirituel avec l'introduction,en 1662,de la réformr de saint-maur,pourtant acceptée difficilement par certains ecclésiastiques.lagrasse témoigne d'une ultime ère de prospérité économique au XVIIIe siècle,grâce à son avant-dernier abbé,armand bazin de bezons.à la révolution, la communauté,qui dénombrait un peu plus d'une dizaine de moines,fut dispersée.l'abbaye fut partagée en deux lots et vendue aux enchères comme bien national,en 1796.cette division demeure encore de nos jours.depuis 2004,une partie privée est occupée par les chamoines réguliers de la mère de dieu et l'autre partie est détenue par le département de l'aude.

quelques photos 

marmotton66

l'abbaye sainte-marie d'orbieu

 

marmotton66

l'abbaye depuis la tour de plaisance ou "grand tourreil"

(partie appartenant au département)

le logis abbatial:

l'abbé auger de gogenx fit bâtir le logis abbatial.ces divers bâtiments s'ordonnent autour d'une petite cour,approximativement rectangulaire.celle-ci,de la fin du XIIIe siècle,est bordée au sud et à l'ouest,par deux galeries supportant des balcons de bois.

marmotton66

marmotton66 marmotton66

le logis abbatial

 

marmotton66

marmotton66

depuis l'étage

 

le cellier et la boulangerie:

attribués à la fin du XIIIe siècle et voûtés aux XVIe et XVIIe siècles,ils occupent le côté oriental de la cour.ces deux salles voûtées sont faiblement éclairées par des fenêtres rectangulaires à ébrasement intérieur.ce dispositif,permettant de garder une température constante,favorisait la conservation des denrées.la pièce de taille plus modeste,équipée d'une imposante cheminée et d'un système de canalisation hydraulique,correspond à la boulangerie.

marmotton66

le cellier

 

marmotton66

marmotton66

la boulangerie et l'imposante cheminée avec le système de canalisation hydraulique

 

l'ancienne sacristie:

adossée au transept et devancée par une grande cour,cette vaste salle fut agrandie par les mauristes à la fin du XVIIe siècle.ceux-ci élevèrent deux étages:l'un destiné à accueillir les cellules de l'hôtellerie,l'autre l'infirmerie.

marmotton66

l'ancienne sacristie

 

le bras nord du transept:

attenant à la sacristie et à la nef de l'église abbatiale,il fut édifié au milieu du XIe siècle et était primitivement flanqué de trois absidioles en cul-de-four.à l'époque gothique,ces dernières ont été remaniées à chevet plat et voûtées sur croisées d'ogives.

marmotton66

marmotton66 marmotton66

absidiole à chevet plat et voûtée sur croisée d'ogive

 

le dortoir:

le niveau supérieur,desservi par un grand escalier droit,comprend un immense dortoir de 500 m2 (fin XIIIe siècle).ce dernier constitue un bel exemple de ces salles monastiques dotées d'une charpente apparente sur arcs diaphragmes de maçonnerie.

marmotton66

le dortoir desservi par un grand escalier "l'escalier charlemagne"

 

marmotton66

marmotton66 marmotton66

l'immense dortoir de 500 m2

 

la chapelle saint-barthélémy:

située sur la galerie sud du logis,la chapelle haute est desservie par un vestibule agrémenté d'un décor peint.la porte intérieure,flanquée de minces colonnettes retombant sur de hautes bases polygonales,est surmontée d'une archivolte molurée.celle-ci repose sur des consoles finement sculptées.cette entrée est dominée par un tympan qui nous informe que la chapelle fut édifiée en 1296 par l'abbé de gogenx.

marmotton66

la chapelle saint-barthélémy

 

marmotton66

la chapelle est ajourée de fenêtres en lancettes et d'une rose redentée

 

marmotton66

le vestibule est agrémenté d'un décor peint

 

marmotton66

sur la gauche,l'entrée de la chapelle 

 

marmotton66 marmotton66

entrée dominée par un tympan qui nous informe que la chapelle fut édifiée en 1296 par l'abbé de gogenx

 

marmotton66 marmotton66

motifs sculptée de chaque côté de l'entrée

 

le dépôt lapidaire,salle du maître de cabestany:

ouvert sur la galerie ouest,le dépôt lapidaire comprend des originaux et des moulages de sculptures du maître de cabestany ainsi qu'une exposition permanente sur cet artiste du XIIe siècle qui a travaillé au portail de l'abbaye (détruit).

marmotton66 marmotton66

le dépôt lapidaire

 

marmotton66

console en marbre blanc provenant du portail démantelée de l'église abbatiale de l'abbaye.époque romane,seconde moitié du XIIe siècle attribuée à l'atelier du maître de cabestany

 

marmotton66

claveau sculpté en marbre blanc provenant de l'archivolte du portail démantelé de l'église abbatiale de l'abbaye.époque romane,seconde moitié du XIIe siècle attribué à l'atelier du maître de cabestany

 

la salle d'apparat:

cette salle dite aussi "des gardes",jouxte le dépôt lapidaire.à la renaissance,elle fut parée d'un plafond à la française et d'une cheminée monumentale.

marmotton66

la cheminée de la salle d'apparat

 

à voir aussi les décors peints d'un plafond qui présentent une alternance d'écus blasonnés aux armes de l'abbé auger de gogenx et de chimères.les chimères animalières combinent deux espèces animales différentes,hybrides ou encore humaine.

marmotton66

plafond peint

 

marmotton66

les chimères animalières combinent deux espèces différentes

 

marmotton66

reconstitution d'un plafond peint

 

marmotton66

les couvre-joints et contre couvre-joints présentent des motifs différents

 

(partie des religieux)

la cour d'honneur (XVIIIe):

la congrégation des bénédictins dite de saint-maur,fondée en 1618,a restauré,sous l'impulsion du pouvoir royal,près de 200 abbayes française entre le XVIIe et XVIIIe siècle.grands intellectuels,historiens et spirituels,ces moines sont aussi des bâtisseurs de talent.leurs constructions suivent le goût du jour,à savoir le style classique du XVIIe siècle.ainsi furent édifiés à l'abbaye de lagrasse les dortoirs (1745),le cloître (1760) et la cour d'honneur (1779).

la 1ère partie de la cour (à toiture basses) servait aux communs,ateliers,magasins et écuries;elle permettait tous les échanges entre abbaye et la société extérieure (commerce,hôpital,accueil des pauvres,pèlerins...)

la 2ème partie,séparée de la 1ère par une grille,disparue à l'époque révolutionnaire,présente un style classique élégant,équilibré,d'une grande noblesse et pureté de lignes,mais très sobre,d'une austérité à peine adoucie par les agrafes ornant les fenêtres.le froton triangulaire donne à l'ensemble une austère pureté,adoucie par la couleur rose du grès flammé.à l'étage,de part et d'autre de la cour,se trouvent les cellules monastiques (chambres simples et pauvres).espaces et lumières y sont la seule 'richesse' des religieux.

marmotton66

marmotton66 marmotton66

la cour d'honneur (XVIIIe)

 

le cloître (XVIIIe):

le cloître fut construit en 1760 par les bénédictins mauristes sur l'emplacement de l'ancien cloître gothique édifié au XIIIe siècle par auger de gogenx.ce dernier avait démoli le cloître roman (XIIe) dont certains chapiteaux seraient dans le patio du logis abbatial (partie du conseil général).le cloître actuel épouse exactement les formes irrégulières des vieux bâtiments,dont on peut admirer des portes en plein cintre du XIe et XIIe siècle.tout comme dans la cour d'honneur,le grès flammé ainsi que les agrafes aux motifs variés de style rocaille,les chapiteaux ornés de sculptures de style baroque viennent heureusement adoucir l'austérité de l'architecture sobre quoique noble et élégante.

marmotton66

marmotton66

marmotton66 marmotton66

le cloître en grès flammé

 

marmotton66

le style baroque vienne adoucir l'austérité

 

marmotton66

au fond d'un couloir du cloître,la statue polychrome de marie,mère de dieu

 

l'église abbatiale (XIIIe -XVe):

l'ancienne basilique carolingienne (VIIIe) était édifié à l'endroit de l'église actuelle.les murs de la nef (fin XVe),érigés sur les fondations de la basilique,et la voûte seraient,d'après des travaux archéologiques récents,pratiquement contemporains de la tour-clocher (début XVIe).on remarque en effet une grande similitude entre l'appareillage de ces deux constructions.

l'autel de style baroque est une reproduction de celui de l'église saint-paul-serge de narbonne,en résine dorée;l'ancien autel de marbre de l'époque classique,enlevé lui aussi après la révolution est actuellement à l'église paroissiale du village.

marmotton66

la voûte repose sur des croisées d'ogives

 

marmotton66 marmotton66

le bas relief du retable de l'autel représente la cène,le dernier repas que fit le christ avant son arrestation et sa crucifixon

 

le transept sud (XIe):

magnifique construction du premier roman,à trois absidioles aux arcatures lombardes et couverture en lauzes,ce transept demeure le témoin de la splendeur de l'abbatiale au moyen-âge.les crénaux surmontant le transept sont du XIVe siècle,(1361) époque à laquelle l'abbaye fut entièrement fortifiée (guerre de cent-ans).

marmotton66

le transept au centre

marmotton66

le transept sud et les crénaux le surmontant

 

le clocher-tour (XVIe):

ce "clocher-tour",tenant autant de la forteresse que du clocher,voyait probablement sa flèche (en bois et pierre?)culminer à 80 mètres.celle-ci fut démontée à la révolution,lorsque l'abbaye fut transformée en hospice militaire pour l'armée d'espagne (1792-1796) réduisant ainsi le clocher à ses dimensions actuelles (42 mètres).

marmotton66

marmotton66

marmotton66

le clocher-tour (42 mètres  de haut)

 

marmotton66

l'abbaye côté jardin

 

marmotton66

l'abbaye dans son ensemble

divers photos

marmotton66

marmotton66 marmotton66

marmotton66

marmotton66

marmotton66

marmotton66 marmotton66

marmotton66

 

si vous le souhaitez,un livre d'or est à votre disposition pour laisser vos impressions,cela m'aiderais à améliorer le site.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.